02/10/2010

Harold Pelham retrouve sa Lamborghini

haroldpehlam.jpg

C'est l'un des rôles les plus aboutis de Roger Moore, juste avant d'endosser le smoking de James Bond. "The Man Who Haunted Himself", en français "La Seconde Mort d'Harold Pelham" est un petit chef-d'oeuvre dramatico-psychologique en forme de thriller. Roger Moore y campe le rôle d'un industriel britannique qui voit son existence privée et professionnelle bouleversée par un grave accident de voiture auquel il survit miraculeusement. Un double, son contraire, s'immisce dans sa vie quotidienne. Qui est Harold, qui est Pelham ? Le bien et le mal co-habitent dans un intense jeu pervers. Ce film étonnant a permis à Roger Moore de donner toute la mesure de ses talents d'acteur. Cet excellent film fut malheureusement boudé par le grand public, habitué à le voir endosser des rôles plus légers et Roger Moore en fut particulièrement affecté.

lamborghini-islero.jpg

En cette fin 2010, Moore recroise néanmoins Pelham ou du moins sa voiture, celle par laquelle tout débute et tout s'achève : une Lamborghini Islero GTS de 1969 qui porte le plaque minéralogique YLR 11G, celle du film.

Considéré comme l'un des fleurons de la marque, ce véhicule est désormais mis aux enchères après avoir connu divers riches propriétaires.

Le pare-soleil et le livret de bord ont été signés par Roger Moore qui a retrouvé le bolide voici quelques semaines à Londres. La fourchette de prix se situe entre £95,000 et £135,000.

Écrit par Marie-France Vienne | Lien permanent | Commentaires (3) |

Commentaires

Ce film est-il disponible en DVD ?

Cordialement,

Stephan Caluwaerts

Écrit par : Stephan Caluwaerts | 02/10/2010

Le film est disponible en DVD, mais en anglais. Vous pouvez le trouver sur le site AMAZON : http://www.amazon.fr/Man-Who-Haunted-Himself-anglais/dp/B0006687ZI/ref=sr_1_2?s=gateway&ie=UTF8&qid=1286058832&sr=8-2

Ou alors à Londres en cherchant bien.

Bien à vous -

Marie-France

Écrit par : Marie-France Vienne | 03/10/2010

Merci pour cette information et bonne semaine à vous.

Amicalement vôtre,

Stephan Caluwaerts

Écrit par : Stephan Caluwaerts | 04/10/2010

Les commentaires sont fermés.