22/05/2007

En marge de la Croisette

Amicalementvotre2
 
Je pensais que cette fameuse rumeur sur un remake de "Amicalement Vôtre" s'était définitivement évanouie dans la nature vu le peu d'enthousiasme des puristes pour ce drôle de projet avec de drôles d'acteurs.
 
Dans un premier temps, il s'agissait de faire revivre la série avec Nicolas Cage dans le rôle de Danny Wilde. Exit Cage, une nouvelle mouture devait faire ressusciter Danny Wilde sous les traits de Ben Stiller et Lord Brett Sinclair sous ceux de ... Steve Coogan. Steve qui ?! En fait un animateur de show britannique dont la notoriété n'a jamais franchi le Channel. Son seul fait d'arme est d'être un fan de la série et de Roger Moore en particulier. Cette nouvelle rumeur avait, semble-t-il, également coulé à pic.
 
Mais c'était sans compter sur le printemps de Cannes, lorsque la Croisette bruisse de toutes ses stars et de ses rumeurs. Au détour du tapis rouge ou dans un des salons du Festival, il se murmure que c'est un projet de film, ni plus ni moins, qui devrait, en théorie voir le jour. Lieu grandiose et paillettes obligent, les noms cités pour reprendre le flambeau sont d'un tout autre standing puisque l'on évoque désormais George Clooney dans le rôle de Danny Wilde et Hugh Grant dans celui de Lord Brett Sinclair. Et cette fois-ci, sur grand écran ...

Écrit par Marie-France Vienne | Lien permanent | Commentaires (1) |

18/05/2007

La voix de Burt Gasket

burtgasket

Roger Moore prête sa voix au film d'animation "Agent Crush". Il a été rejoint par l'acteur Ioan Gruffudd - qui faisait partie des acteurs cités pour incarner Bond dans "Casino Royale" - et Alice Evans. Gruffudd sera la voix de l'Agent Crush tandis que Roger Moore est celle de Burt Gasket.

Vous pouvez désormais visiter le site officiel de ce film d'animation et surtout écouter un extrait de l'enregistrement de Roger Moore.

Écrit par Marie-France Vienne | Lien permanent | Commentaires (0) |

13/05/2007

Itinéraire d'un beau gosse

goldengun2

Roger Moore a toujours été le premier à admettre qu'il avait la beauté et non le talent. Dur avec lui-même, comme pour se préserver des mauvaises critiques qui pouvaient s'abattre sur ses performances d'acteur.

Même s'il étudia à la prestigieuse "Royal Academy of Dramatic Art", il ne fit jamais d'étincelles par son jeu. A son retour de service militaire, il posa en tant que mannequin pour divers catalogues et accumula les petits rôles insignifiants. Ce n'est que lors de son escapade aux Etats-Unis que la chance se mit à tourner, lui permettant de donner la réplique à Liz Taylor et Van Johnson dans "The Last Time I Saw Paris". Roger Moore parle de cet épisode avec l'humour qui le caractérise: "J'ai débarqué à Hollywood pour mon premier jour de travail un premier avril ! (...) Tout le monde s'occupait de Liz Taylor et bien sûr, pas de moi. Ils voulaient juste que je sois beau. Et moi je pensais que c'était plutôt le boulot d'Elizabeth".

Lors de ses premiers pas dans la profession, Roger Moore s'est très souvent entendu répéter qu'il avait le look pour faire carrière à une époque où Hollywood se basait davantage sur des critères d'apparence plutôt que de talent.

Un jour qu'il jouait une pièce à la "Royal Academy of Dramatic Art" de Londres, un éminent critique lui dit, en lui tapant sur le genou: "Vous aurez du succès, mais vous ne serez jamais un acteur". Sur le tournage de Moonraker, il se rappela de cet épisode: "Je connais mes répliques et je suis à l'aise. Mais je ne suis pas Laurence Olivier et je n'ai pas besoin de jouer du Shakespeare pour montrer ce dont je suis capable".

Mais de seconds rôles en seconds rôles, Roger Moore est devenu l'immense star que l'on connaît. Avec humour, il se rappelle avoir été toujours une sorte de "remplaçant": il remplaça en effet James Garner dans "Maverick", et plus tard George Sanders dans "Le Saint", rôle qui fit de lui une star. Puis il remplaça Sean Connery: "Je remplace tout le monde" dit-il en riant, "à ce rythme-là, je remplacerai Mickey d'ici trois ans".

Sean Connery, justement. Une rumeur persistante couru selon laquelle les deux acteurs ne s'appréciaient pas du tout. Ce que Roger Moore a toujours fortement démenti: "A un moment donné on a parlé d'un film (en dehors de James Bond) qui nous réunirait. Je n'y étais pas opposé alors que Sean l'était. Il ne souhaitait pas que le film soit présenté comme la rencontre des deux Bond".

Roger Moore explique aussi ce qui le diffère de Sean Connery: "Sean est hanté par par le succès de Bond. Peut-être que je manque de cette sorte d'ambition. Sean prend tout très sérieusement. Moi aussi je travaille dur, ce qui ne m'empêche pas de m'amuser".

Propos librement adaptés d'un article paru dans Photoplay d'octobre 1979. J'ai posté l'article complet en anglais sur le site officiel de Roger Moore.

Écrit par Marie-France Vienne | Lien permanent | Commentaires (1) |

01/05/2007

Des souvenirs de Pinewood

pinewood

Roger Moore est de retour en Grande-Bretagne en ce beau printemps. Il en a profité pour se rendre aux célèbres studios de Pinewood, non loin de Londres, pour participer à une émission de BBC Five.

A l'heure du célèbre "breakfast", il était au rendez-vous pour évoquer ses nombreux souvenirs bondiens et autres. Outre les 007, il y a tourné de nombreux autres films, sans oublier "Amicalement Vôtre".

J'ai téléchargé l'émission. Vous pouvez l'écouter en suivant le lien ci-dessous. Malheureusement, il vous faudra être patient car Roger Moore n'intervient pas au début de la retransmission.

Lien

Petit-déjeuner à Pinewood

Écrit par Marie-France Vienne | Lien permanent | Commentaires (0) |