14/04/2007

10.000

rogerblog

Le blog de Roger Moore a accueilli son 10.000ème visiteur en ce 13 avril 2007. Merci à toutes celles et tous ceux qui rendent visite à ce blog et qui soutiennent le parcours de ce grand acteur britannique et surtout son engagement auprès de l'UNICEF et de différentes oeuvres caritatives.

Roger Moore prête depuis de nombreuses années son nom au profit de différentes causes. Bénévole, il souhaite, par ce biais, rendre un peu de tout ce que la vie a pu lui donner de joies au fil des années.

Bravo à ce grand Monsieur.

Écrit par Marie-France Vienne | Lien permanent | Commentaires (2) |

11/04/2007

On ne vit que deux fois ?

rogerdailymail

Roger Moore vient d'accorder un longue interview au "Daily Mail" le 10 avril 2007. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas bien sa vie, on apprend qu'enfant il a non seulement failli mourir, mais aussi qu'il a été victime de nombreux ennuis de santé au cours de sa vie.

Enfant donc, il a presque été emporté par une double pneumonie, à une époque où les antibiotiques n'existaient pas.  Pour payer les honoraires du médecin, son père, George, dû vendre sa moto. Un médecin qui était sur le point de signer un acte de décès.

Plus tard, il a souffert de calculs aux reins qui l'ont handicapé durant une grande partie de sa carrière. Trois opérations ont finalement eu raison de cette affection. Roger Moore a néanmoins connu l'enfer à chaque crise.

En 1993, on lui diagnostique un cancer de la prostate. Une opération le tire d'affaire mais bouleverse sa vie personnelle. Conscient d'être une nouvelle fois passé par le châs de l'aiguille, il revoit son regard sur le monde. Dans la foulée, il divorce de son épouse, Luisa Mattioli, la mère de ses trois enfants, après plus de 30 ans de vie commune. En 2002, après une longue bataille juridique, il épouse en quatrième noce et en toute discrétion sa compagne Kristina Tholstrup qui partage sa passion pour l'humanitaire.

Mais il n'est pas au bout de ses peines. En 2003, il est victime d'un grave malaise cardiaque lors d'une représentation de la pièce "The Play What I Wrote" à Broadway. Il perd brièvement connaissance sur scène. Transporté à l'hôpital, on lui implante un pacemaker pour réguler les battements de son coeur. Son coeur s'était en effet arrêté l'espace de quelques secondes. Une maladie qu'il semblait avoir depuis son enfance sans en avoir ressenti les symptômes classiques: fatigue, essouflement, syncopes.

Depuis, en plus de son implication au sein de l'UNICEF, il s'engage auprès de l'association britannique STARS qui sensibilise la population - et surtout essaie de poser un diagnostic efficace - au syndrôme dont il est affecté. Une nouvelle fois, il met sa notoriété au service d'une noble cause.

J'ai posté l'article dans son intégralité sur le site de Roger Moore. Vous pouvez le lire en cliquant ici.

Écrit par Marie-France Vienne | Lien permanent | Commentaires (3) |