23/03/2006

Le Saint facétieux

Roger Moore a toujours été connu pour être un joyeux drille. Et dire qu’au début des années 50’ il osait à peine entrer dans une salle de restaurant tout seul  … Timide, hésitant, il avait peu de confiance en lui, si bien qu’il avait du mal à articuler tant ses mâchoires étaient contractées. Mais au fil des années, le grand jeune homme discret est devenu un homme sûr de lui et débordant d’humour. La preuve, sur le plateau du Saint, c’est lui qui anime le tournage par ses blagues et les tours qu’il joue à ses partenaires et à l’équipe.

 

Témoin, Sue Lloyd : « Roger était toujours facétieux et il était facile de jouer avec lui car il entretenait une atmosphère très détendue. Il recourait à toutes sortes de gags ! Une fois, à la cantine des studios d’Elstree, il m’a fait parvenir un plateau d’argent et lorsque j’ai soulevé le couvercle, il y avait un préservatif dessous. Aussi, je l’ai envoyé à quelqu’un d’autre. Je pense qu’il a fini chez Peter Wyngarde et la cantine entière était secouée de rire ».

 

Gare aussi si une scène comprenait un siphon à eau pour le whisky. Roger Moore s’en servait systématiquement pour arroser les techniciens.

 

Le duo qu’il forme avec l’Inspecteur Teal est également hilarant surtout grâce à la personnalité et au look de Ivor Dean. Ce n’était pourtant pas lui qui fut le premier choix des producteurs. Norman Pitts s’y essaya dans « The Ellusive Ellshaw » mais il ne fut pas jugé convaincant. Wensley Pittney ne fut pas meilleur dans « Starring The Saint ». C’est dans cet épisode justement qu’apparaît Ivor Dean mais sous les traits d’un avocat. Sa prestation fut remarquée par Baker et Berman qui lui confièrent le rôle de Teal dans « Iris ».  Ivor Dean et Roger Moore s’entendirent si bien que Dean s’installa dans ce rôle qui lui allait comme un gant. Sa calvitie, son gros pardessus, son air pataud et son manque d’efficacité récurrente sont à l’opposé de Simon Templar qui ne manque jamais de le ridiculiser avec ses « mon pauvre Claude ». Roger Moore se rappelle d’ailleurs de Dean – décédé en 1974 d’une crise cardiaque – avec tendresse : « C’était un homme merveilleux avec qui il était très agréable de travailler. En tant que Teal, il avait une merveilleuse façon de me regarder : lisse, lugubre, comme s’il voulait dire ‘encore ce Simon Templar’ ! Il aurait aimé me voir sous les verrous ».

 

Dans « Legacy For The Saint », Teal est ridiculisé par Le Saint qui le piège : sa voiture est détournée puis enfermée dans un camion, Teal et un policier sont délestés de leurs vêtements et, par la suite, obligés de faire du stop en petite tenue.

Écrit par Marie-France Vienne | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

PATRICK TRES INTERESSANT CE QUE VS RACONTEZ SUR R. MOORE.
J'AI VU DS CINE REVUE 2 PH. DES RETROUVAILLES AVEC T.CURTIS CHOSE QUE JE SAVAIS GRACE A VOTRE SITE .

Écrit par : PATRICK | 29/03/2006

Merci Merci pour votre message. Et revenez quand vous voulez, j'ai débuté ce blog il y a peu et je compte bien l'actualiser régulièrement en alternant les dernières infos et des articles sur la carrière de Roger Moore.

Écrit par : Marie-France Vienne | 29/03/2006

Les commentaires sont fermés.